Bahja et Camacho : souvenirs partagés

Ahmad Bahja et Abdeljali Adda alisa Camacho comptent parmi les anciennes stars ayant brillé avec les Lions de l’Atlas durant une bonne époque de la dernière décennie du siècle précédent et jusqu’à l’aube de l’an 2000.

Les 2 joueurs, purs produits de la Botola, Bahja du Kawkab Marrakech et Camacho du COD Meknès,  avaient pour dénominateur commun d’accompagner les Lions de l’Atlas durant 3 CAN alors que chacun d’entre eux avait joué un Mondial.

Bahja, qui avait également accompagné l’équipe olympique aux JO 1992 de Barcelone, était le premier à garder contact avec le rendez-vous planétaire en 1994 aux USA du temps de l’entraineur Abdellah Blinda. Mais le chouchou bahjaoui  allait rater le second Mondial en 1998 en France pour cause d’un conflit avec le sélectionneur national, Henri Michel. Bahja, qui n’avait pas gobé la décision du coach français de rester sur le banc de touche jusqu’à la 2e période du match contre l’Afrique du sud (2e tour en CAN 1998), avait exprimé son mécontentement en gaspillant d’une manière bizarre le dernier coup-franc de ce duel capital perdu par le Maroc (2-1), synonyme d’élimination sévère au quart de finale.

Son ami, Camacho, qui faisait également  partie de cette CAN burkinabé, était choisi pour le remplacer au Mondial français.

Pour la compétition africaine, Bahja qui n’avait pas la chance de disputer  les 2 éditions de 1994 et 1996 pour cause de l’absence du Maroc, allait assurer sa présence en CAN suivante. Même chose pour Camacho qui a également joué sa première CAN lors de cette édition avant d’enchainer avec les 2 rendez-vous suivants en 2000 et 2002.

Voila en gros pour ces 2 footballeurs qui ont marqué leur temps aussi bien chez les Lions que dans leurs clubs respectifs, avec plusieurs titres remportés au Maroc et ailleurs en effectuant  des expériences professionnelles, notamment dans certains championnats arabes. Bahja  en Arabie saoudite (Al Ittiha Djeddah et An-Nasr Riad), aux Emirats (Al Wasl Dubai) et en Libye (Ahly Tripoli). Camacho également en Arabie (Ittihad saoudien), en Tunisie  (Club Africain) mais aussi en Espagne (Sporting Gijón).

Camacho a terminé sa carrière chez son club du CODM en 2004 alors que Bahja a fait de même au Nejm de Marrakech (2006-2007) après avoir joué avec le Raja Casablanca (2002-2003) et le MAS Fès  en 2005.

C’était vraiment une belle époque pour ces deux attaquants inoubliables, Bahja qui justifiait bien son nom en semant la gaîté et l’euphorie dans tous les stades ainsi que pour Camacho qui, lui aussi, portait le surnom d’un grand joueur espagnol du Real…

R.L.

Related posts

*

*

Top